Conférences familiales

Retrouvez vos proches autour d’une œuvre, d’un peintre… Partagez votre amour pour l’art et votre soif d’apprendre. Choisissez un sujet ci-dessous, une date et laissez-vous guider !

REMBRANDT
Les pèlerins d’Emmaüs

Stéphane Coviaux

        Les Pèlerins d’Emmaüs furent l’un des sujets de prédilection de Rembrandt (1606-1669). Cet épisode biblique lui a inspiré de nombreux dessins et gravures, ainsi que 4 tableaux répartis entre les musées de Paris et Copenhague… profondeur et richesse d’interprétation garanties !
   
RAPHAËL
L’anniversaire d’un génie

Stéphane Coviaux

    Le 6 avril 1520 s’éteignait le “divin Raphaël” après 37 années d’une courte mais intense existence. Les superlatifs manquent pour qualifier sa peinture. Il incarne une forme de perfection unanimement célébrée que je vous propose d’approcher en trois tableaux :
•    le portrait de femme du Palais Pitti dit “la Velata”. 
•    la Belle Jardinière du Louvre. 
•    la Transfiguration du Vatican, son ultime chef d’œuvre.      

DEGAS
Degas et l’Opéra, une alchimie parfaite

Emmanuelle Aupècle

    Véritable monde parallèle où danseuses, chanteurs et musiciens créent chaque soir une fantasmagorie de sons et de couleurs, le spectacle de l’Opéra n’a cessé d’éblouir Degas.
Des coulisses à la fosse de l’orchestre, aucun détail n’a échappé à son œil. Au plus près des corps, il a su capter leur vitalité tout en rendant l’extrême précision d’un geste technique mille fois répété.
Ce lieu fut aussi celui de toutes les innovations plastiques : cadrages inédits, débauche de couleurs, expérimentations techniques.     

VERMEER
La laitière : un chef d’œuvre à la loupe

Stéphane Coviaux

    Vermeer de Delft (1632-1675) est parfois considéré comme le plus grand peintre de tous les temps. Sous son pinceau, les objets et les scènes apparemment banals deviennent des chefs d’œuvre d’intensité et de profondeur. Dotées d’une exceptionnelle densité, ses œuvres rayonnent d’une beauté simple, consistante et profonde.    

PIERRE SOULAGES
Le geste, la profondeur, la lumière

Stéphane Coviaux

    Pierre Soulages vient d’atteindre sa centième année et il continue de peindre. Le Louvre et le Centre Pompidou viennent de lui rendre hommage par deux expositions. Cette conférence vise à ouvrir votre regard à la beauté et à la profondeur de son travail, à le sortir de quelques clichés dans lesquels il est souvent enfermé.            

PIERO DELLA FRANCESCA
Le portrait des époux Montefeltre
Emmanuelle Aupècle
 
    Le fier condottiere et sa jeune épouse unis pour l’éternité par le pinceau de Piero della Francesca. 
Par la finesse des détails, la subtilité des couleurs et la complexité de la composition, ce double portrait est l’un des tableaux les plus marquants de Piero della Francesca (1420-1492). Nous le comparerons avec d’autres portraits de la Renaissance, période qui vit naître ce genre.    

DAVID HOCKNEY
Profondeur et Miroitement
Stéphane Coviaux
 
    David Hockney est un homme heureux. Fasciné par le miroitement de la lumière dans l’eau, il a fait de la piscine son motif de prédilection. Mais ne croyons pas que sa peinture se réduise à quelques sensations agréables. Pour lui, le monde visible est une énigme à explorer. Je vous invite donc à une immersion en profondeur : plongez pour ne pas rester à la surface !    

GIOTTO 
La chapelle Scrovegni

Emmanuelle Aupècle

  L’un des plus beaux cycles de fresques du Moyen-Âge, intégralement conservé. Chef-d’œuvre de Giotto, la chapelle Scrovegni de Padoue, déroule ses murs bleu-azur, peuplés de figures monumentales qui nous parlent de l’époque lointaine du Christ et de la Vierge. Et pourtant un intense sentiment de vie se dégage de toutes ces scènes. Nous prendrons le temps d’entrer dans la complexité esthétique et iconographique de ce vaste programme, commandé par le banquier Enrico Scrovegni au début du XIVème siècle, et qui fut à l’origine d’une révolution artistique sans précédent.
 
Ces fresques sont au programme du voyage à Ravenne. La conférence peut être un bon complément à ce voyage pendant lequel l’accès est limité à 15 minutes !    

LA TOUR
Les Madeleine à la veilleuse

Stéphane Coviaux
 
    Il y a aujourd’hui dans le monde 4 tableaux de Georges de La Tour (1593-1652) représentant Marie Madeleine méditant près d’une chandelle… 4 chefs d’œuvre absolus !
Nous nous émerveillerons bien-sûr devant sa capacité virtuose de peindre la flamme et ses reflets, mais surtout nous éprouverons l’incomparable profondeur de ses toiles.  L’analyse successive des compositions permettra de voir comment le maître lorrain joue avec le regard du spectateur afin d’induire une expérience de sens chaque fois différente.   
CARAVAGE 
La vocation de St Matthieu

Stéphane Coviaux
  
    La «Vocation de St Matthieu» dans l’église St Louis des Français à Rome est la toile la plus célèbre du décor commandé à Caravage (1577-1610) pour la chapelle Contarelli. Elle marque un tournant dans la carrière du peintre qui abandonne alors la scène de genre pour la peinture d’histoire.
En l’observant, nous découvrirons à la fois sa beauté, son étrangeté et la profondeur avec laquelle le peintre a traité son sujet. Nous observerons aussi les autres toiles du cycle et verrons comment elles ont influencé le jeune Vélasquez lors de son passage à Rome.    

GIOTTO 
La chapelle Scrovegni

Emmanuelle Aupècle

  L’un des plus beaux cycles de fresques du Moyen-Âge, intégralement conservé.
Chef-d’œuvre de Giotto, la chapelle Scrovegni de Padoue, déroule ses murs bleu-azur, peuplés de figures monumentales qui nous parlent de l’époque lointaine du Christ et de la Vierge. Et pourtant un intense sentiment de vie se dégage de toutes ces scènes. Nous prendrons le temps d’entrer dans la complexité esthétique et iconographique de ce vaste programme, commandé par le banquier Enrico Scrovegni au début du XIVème siècle, et qui fut à l’origine d’une révolution artistique sans précédent.
 
Ces fresques sont au programme du voyage à Ravenne. La conférence peut être un bon complément à ce voyage pendant lequel l’accès est limité à 15 minutes !    

LA TOUR
Les « Madeleine à la veilleuse »

Stéphane Coviaux
 
    Il y a aujourd’hui dans le monde 4 tableaux de Georges de La Tour (1593-1652) représentant Marie Madeleine méditant près d’une chandelle… 4 chefs d’œuvre absolus !
Nous nous émerveillerons bien-sûr devant sa capacité virtuose de peindre la flamme et ses reflets, mais surtout nous éprouverons l’incomparable profondeur de ses toiles.  L’analyse successive des compositions permettra de voir comment le maître lorrain joue avec le regard du spectateur afin d’induire une expérience de sens chaque fois différente.    .

REMBRANDT
La Ronde de Nuit et autres portraits collectifs

Emmanuelle Aupècle
 
    Entrez dans le chef d’œuvre de Rembrandt pour en découvrir tous les détails et s’interroger sur le sens de cette scène mystérieuse. Si La Ronde de nuit est sans conteste le portrait de groupe le plus célèbre de Rembrandt, nous découvrirons qu’il n’est pas le seul qu’il a exécuté dans ce genre particulier si apprécié aux Pays-Bas.

REMBRANDT
Les Pèlerins d’Emmaüs

Stéphane Coviaux
Les Pèlerins d’Emmaüs furent l’un des sujets de prédilection de Rembrandt (1606-1669). Cet épisode biblique lui a inspiré de nombreux dessins et gravures, ainsi que 4 tableaux répartis entre les musées de Paris et Copenhague… profondeur et richesse d’interprétation garanties !    

POMPÉI
Les fresques

Emmanuelle Aupècle

    En 79 ap JC, l’éruption du Vésuve met fin brutalement à la vie d’une cité romaine prospère : Pompéi. Redécouvert au 18ème, le site livre petit à petit ses secrets.
Parmi ces trésors, l’un des plus incroyable reste sans conteste le vaste ensemble de fresques retrouvé intacte sur les murs des riches demeures de la ville. 
Protégées pendant plusieurs siècles par une couche épaisse de cendre, leur fraîcheur et leur mystère se révèlent aujourd’hui dans tout leur éclat.
A travers une sélection de fresques, nous partirons à la rencontre de cette civilisation lointaine. 
   

RAPHAËL
L’anniversaire d’un génie

Stéphane Coviaux
    Le 6 avril 1520 s’éteignait le “divin Raphaël” après 37 années d’une courte mais intense existence. Les superlatifs manquent pour qualifier sa peinture. Il incarne une forme de perfection unanimement célébrée que je vous propose d’approcher en trois tableaux :
•    le portrait de femme du Palais Pitti dit “la Velata”. 
•    la Belle Jardinière du Louvre. 
•    la Transfiguration du Vatican, son ultime chef d’œuvre.      

VAN EYCK
L’exposition de Gand
Stéphane Coviaux

    A l’occasion de la restauration du retable de l’Agneau Mystique, le Musée de Gand organise une magnifique exposition que très peu de gens auront vue. Nous vous proposons d’en découvrir les pièces maîtresses : les panneaux restaurés du retable ainsi que quelques chefs d’œuvre en provenance de musées étrangers comme l’extraordinaire Annonciation de Washington.    

MATISSE
La Desserte et les toiles de la collection Chtchoukine 

Emmanuelle Aupècle
    Chaque tableau de Matisse est une fenêtre qui s’ouvre sur un ailleurs, rempli de couleurs et de rêves. Un espace d’évasion, précieux en ces temps de confinement.
C’est sur La Desserte, harmonie rouge que nous arrêterons cette fois-ci. 
Première commande du collectionneur russe Chtchoukine à Matisse, elle inaugure une série de toiles prestigieuses que nous prendrons aussi le temps d’observer.   
 
REMBRANDT 
La Ronde de nuit
Emmanuelle Aupècle
    Entrez dans le chef d’œuvre de Rembrandt pour en découvrir tous les détails et s’interroger sur le sens de cette scène mystérieuse.
Si La Ronde de nuit est sans conteste le portrait de groupe le plus célèbre de Rembrandt, nous découvrirons qu’il n’est pas le seul qu’il a exécuté dans ce genre particulier si apprécié aux Pays-Bas.

VERMEER
La Laitière : un chef d’œuvre à la loupe
Stéphane Coviaux

    Vermeer de Delft (1632-1675) est parfois considéré comme le plus grand peintre de tous les temps. Sous son pinceau, les objets et les scènes apparemment banals deviennent des chefs d’œuvre d’intensité et de profondeur. Dotées d’une exceptionnelle densité, ses œuvres rayonnent d’une beauté simple, consistante et profonde.    

MANET
Un Bar aux Folies Bergères  
Emmanuelle Aupècle

    Manet fut le premier à oser situer ses peintures dans un cadre contemporain, inspiré de sa vie parisienne. Cafés, salles de spectacles, parcs servent d’arrière-plan à de grandes compositions audacieuses. 
Est-il, comme le proposait récemment une exposition du musée d’Orsay, l’inventeur du moderne ? 
Nous tenterons de répondre à cette question à travers l’observation de plusieurs toiles dont le fameux Bar aux Folies Bergères.    

BRUEGHEL
Les paysages symboliques
Stéphane Coviaux
 
Pieter Breughel (1525-1569) est l’un des inventeurs de la peinture de paysage. Ses vastes étendues associant topographies réelles et imaginaires ont toujours fasciné les observateurs. Les études les plus récentes ont profondément renouvelé leur interprétation : elles sont de passionnantes exhortations à « ouvrir les yeux ».    

SOULAGE
Le geste, la profondeur, la lumière

10h30   Pierre Soulages vient d’atteindre sa centième année et il continue de peindre. Le Louvre et le Centre Pompidou viennent de lui rendre hommage par deux expositions. Cette conférence vise à ouvrir votre regard à la beauté et à la profondeur de son travail, à le sortir de quelques clichés dans lesquels il est souvent enfermé. 


Gardez bien le lien, il est mis à jour quotidiennement.Les inscriptions se font uniquement en remplissant le formulaire en ligne (cliquez sur le bouton bleu ci-dessous). Certaines séances qui ont fait l’objet d’une liste d’attente sont reprogrammées.       BULLETIN D’INSCRIPTION
 

VAN DER WEYDEN
Les chefs d’oeuvre de Berlin
Stéphane Coviaux
  Rogier van der Weyden, né « de la Pasture » à Tournai vers 1400, est l’un des grands Primitifs Flamands. La Gemäldegalerie de Berlin détient la plus importante collection de ses œuvres. Nous la parcourrons en faisant la part belle aux deux retables de la chartreuse de Miraflores, joyaux de la collection.  
     
ANSELM KIEFER
Un plasticien «hors norme»
Stéphane Coviaux
    Anselm Kiefer (né en 1945) est l’un des grands créateurs de notre temps.
En plasticien inspiré, il manipule avec art les matériaux les plus divers, peinture, terre, sable, plomb… produisant une œuvre aux antipodes du concept désincarné. Souvent monumentales, ses créations mêlent le cosmique, la Bible, la nature et les tragédies de l’histoire. Elles sont animées d’un souffle puissant.    

VAN GOGH
Le choc de la peinture
Emmanuelle Aupècle

 Energie de la touche, puissance des couleurs, radicalité de la composition, Van Gogh est bien le peintre qui libère la peinture de son carcan académique. A partir d’une sélection de toiles, nous retracerons sa carrière, brève mais fulgurante, et tenterons de comprendre pourquoi ses toiles s’impriment en nous avec une force inégalable.    

CARAVAGE Scènes de genre
Emmanuelle Aupècle
  Célèbre pour avoir le premier pris ses modèles dans la rue, Caravage réalise quelques une des plus belles scènes de genre de la peinture italienne. Leur réalisme cru marquera toute une génération de peintres qui reprendront à leur compte ces scènes quotidiennes, pleines de sensualité et d’ironie.     

QUENTIN METSYS et VERMEER
Une affaire d’équilibre Stéphane Coviaux
  A un siècle de distance, les Pays Bas nous offrent les deux plus belles pesées de la peinture. Quentin Metsys à Anvers et Vermeer à Delft peignent des scènes de la vie quotidienne dans lesquelles l’ordinaire s’ouvre sur l’extraordinaire.    

MATISSE
La Desserte et les toiles de la collection Chtchoukine
Emmanuelle Aupècle
    Chaque tableau de Matisse est une fenêtre qui s’ouvre sur un ailleurs, rempli de couleurs et de rêves. Un espace d’évasion, précieux en ces temps de confinement. C’est sur La Desserte, harmonie rouge que nous arrêterons cette fois-ci.  Première commande du collectionneur russe Chtchoukine à Matisse, elle inaugure une série de toiles prestigieuses que nous prendrons aussi le temps d’observer.     

FRA ANGELICO
Les Annonciations du Couvent San Marco
Stéphane Coviaux
    C’est à juste titre que le dominicain Fra Angelico a pu être qualifié de «maître de l’Annonciation». Parmi les fresques du Couvent San Marco de Florence, l’Annonciation du Corridor et celle de la cellule N°3 figurent parmi ses principaux chefs d’œuvre. Nous prendrons le temps de les contempler avant de jeter un œil sur les autres Annonciations du musée : ornements de reliquaires, de retables ou de livres enluminés.    

LOTTO et POUSSIN
Le Christ et la Femme adultère
Stéphane Coviaux
    Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. L’épisode de la rencontre avec la femme adultère est l’une des pages les plus marquantes des Évangiles. Son interprétation par le Vénitien Lotto est un chef d’œuvre absolu. Un siècle plus tard, et dans un style très différent, Poussin offre une version aussi intéressante qu’originale.  
INGRES
La Famille Rivière 
Emmanuelle Aupècle
Très apprécié pour ses talents de portraitiste, Ingres (1780-1867) fut très souvent sollicité par la haute-bourgeoisie et l’aristocratie pour réaliser des portraits individuels ou familiaux. Les plus célèbres d’entre eux, sont sans conteste, les trois portraits de la famille Rivière, les parents et leur jeune fille. Ingres y fait preuve d’un très grand sens de l’observation, tant sur le plan des détails vestimentaires que de l’acuité psychologique tout en maintenant une distance qui préserve le mystère de son modèle. Nous étudierons attentivement ces trois tableaux puis nous les replacerons dans la carrière d’Ingres.    

POUSSIN
Le Massacre des innocents 
Emmanuelle Aupècle
  Chef d’œuvre du musée de Chantilly, cette toile ne laisse personne indifférent. Sous le pinceau de Poussin, cette scène biblique, qui avait aussi des résonances dans l’histoire familiale du commanditaire, devient le symbole de toutes les violences guerrières. Sa modernité n’a pas échappé à Picasso qui s’en inspirera pour sa toile Guernica. Nous prendrons le temps d’entrer dans cette peinture, forte et dérangeante, pour en analyser tous les détails puis nous la replacerons dans la carrière de Poussin.     

GOYA
Le Dos et le Tres de Mayo
Stéphane Coviaux
 
    Réalisé pour commémorer le soulèvement du peuple de Madrid contre l’occupant français, le «Tres de Mayo» a dépassé son contexte historique initial pour devenir l’emblème de la révolte courageuse contre l’oppression. Nous étudierons attentivement ce chef d’œuvre ainsi que son pendant «le Dos de Mayo» et observerons son influence sur Manet et Picasso.
     
BOUDIN
Les Scènes de plage
Emmanuelle Aupècle

 
Havrais et fils de marin, il fut l’infatigable interprète des plages et des ports. Sa Normandie natale, mais aussi Antibes, Venise, Anvers et Rotterdam eurent les honneurs de son chevalet.  Il créa un genre nouveau : la « scène de plage ». Personne avant lui n’avait songé à donner en peinture des aperçus des nouveaux loisirs de la bonne société. En s’emparant du sujet, il manifesta sa virtuosité dans la figuration des ciels normands changeants.   Précurseur de la peinture de plein-air, il attira Monet dans son sillage et peut être considéré comme l’un des pères de l’Impressionnisme.    
JOAQUIM SOROLLA
Les joies du bord de mer à Valence et Biarritz
Stéphane Coviaux
Lundi 20 Juillet
10h30 
Joaquim Sorolla (1863-1923) est le maître de l’impressionnisme espagnol. Rendu célèbre par ses magnifiques scènes de plage, il excelle dans les effets associés de l’eau, du soleil et du vent.

Dans ses toiles, les enfants jouent joyeusement dans les vagues et les élégantes déambulent sur le sable en retenant leur chapeau… une bouffée d’oxygène et de lumière !

Sorolla est exposé du 10 juillet au 1er novembre à l’Hôtel de Caumont à Aix en Provence.
GAUGUIN
La Polynésie rêvée
Emmanuelle Aupècle
Jeudi 23 Juillet
18h00
 
Après les innovations radicales de la période de Pont-Aven,  Gauguin ressent le besoin de larguer les amarres et de prendre ses distances avec une civilisation occidentale qui lui devient de plus en plus pesante.

C’est ainsi qu’il s’embarque pour l’autre bout du monde et rejoint la Polynésie française. Loin de ses repères, immergé dans une culture inconnue, cette période sera pour lui d’une grande fécondité artistique.

D’une très grande force plastique, les toiles mêlent références occidentales et polynésiennes dans un grand poème coloré. C’est là, sur ces terres lointaines, que Gauguin trouvera la dernière formule de son art.